De tout et de rien !

Juste une maman…

Mama,

Mademoiselle M. a eu une visite médicale à l’école il y a quelques jours… l’infirmière lui a demandé quel était le métier de ses parents. Tout naturellement, après avoir dit le métier de son papa, elle a ajouté : « et ma maman, elle s’occupe de nous, de papa et de la maison. Elle est super maman quoi. Et puis elle a un bébé dans le ventre aussi ».

Voilà, c’est ça mon métier : maman (que dis-je, SUPER maman 🙂 !). C’est mon travail… et c’est ce dont j’avais envie de vous parler aujourd’hui (j’aime bien finalement le côté « vie quotidienne » que prend ce blog…).

Maman

Pourtant, j’ai fait des études… assez longues même. Double cursus, bac +5, ce n’était pas trop mal parti. Au moment de choisir un métier, j’étais assez embêtée : on ne me proposait qu’un travail à l’étranger (un changement de continent, l’année où je préparais mon mariage, c’était tout de même embêtant…), ou bien il fallait que je passe des concours… ce qui ne m’enchantait pas vraiment. J’ai donc fait quelques petits boulots de remplacement, sans être vraiment vraiment motivée, ni enthousiaste. Je devais m’occuper quoi. Et puis, je ramenais un peu d’argent. J’ai eu mon premier enfant. Et très vite, mon deuxième. S’en est suivi le grand souci que beaucoup (voire toutes) de femmes « actives » connaissent… la garde des enfants. Pas de places en crèche évidemment. Au fond, quand on enlevait les frais de garde, je ne travaillais que pour ne gagner que quelques euros… je ne m’éclatais pas dans mon travail, bien au contraire, et le peu de temps passé au bureau me faisait culpabiliser parce que je n’étais pas avec mon bébé… A la naissance de monsieur A., après en avoir bien évidemment discuté avec mon mari et pesé le pour et le contre (autant vous dire que la colonne « pour » était largement plus fournie que la « contre »), c’était décidé, je serai… femme au foyer. Et quel bonheur… cela fait donc 4 ans et demi maintenant, et je ne me vois pas faire autre chose. Toute ma vie, j’ai rêvé d’être une maman : quand on me demandait petite ce que je voulais faire, je disais « m’occuper de mes enfants ». Ne me serinez pas de discours féministes, gardez votre conception vieillotte de la mère au foyer qui n’est pas accomplie et qui gâche ses compétences si vous, vous voyez les choses comme cela. Je suis femme au foyer, et j’aime ça. Je ne vous fais absolument pas de manifeste contre les femmes qui travaillent, bien évidemment que non ! Je pense qu’il faut juste se connaitre assez, bien en discuter avec son conjoint, envisager toutes les options possibles (arrêt total, ou bien si cela est possible à l’endroit où vous travaillez de passer aux 3/4 temps, ou mi-temps, arrêt à durée déterminée, etc.). C’est comme tout, il y a des avantages et des inconvénients… le tout est d’y trouver son ÉQUILIBRE, d’être épanouie, et de ne pas faire de choix par dépit. Au moment où vous devrez faire un choix, les choses doivent être claires pour que vous ne vous sentiez pas étouffées, voire carrément prises au piège.

J’admire ces mamans qui travaillent, qui doivent jongler entre boulot, enfant, vie familiale. Je ne sais pas comment elles font. Je n’y arriverai pas, ça je vous l’assure. Mais ce qui est drôle, c’est qu’une de mes meilleures amies a un super poste, la vraie femme active dans toute sa splendeur, la business woman qui essaie de concilier son travail et sa vie avec son conjoint et ses enfants… et elle me dit elle-même qu’elle m’admire. Parce qu’à la fin de ses congés maternité, elle trépignait de revenir à son travail, de reprendre une vie « active »… Et c’est vraiment une super maman elle aussi. On a toutes un rôle à jouer dans la société, l’important est d’y trouver sa place.

Depuis que j’ai arrêté de travailler, je n’ai jamais regretté mon choix de vie, notre choix de vie. Jamais. Même les jours difficiles, ceux où tout nous pèse, où les circonstances pénibles s’enchaînent. Même ceux pendant lesquels je suis fatiguée, lessivée, harassée, et pendant lesquels les enfants sont odieux. Ces journées qu’on ne voit pas se terminer… Mais c’est comme tout, il y a des jours avec, et des jours sans. Et je l’avoue, quelquefois, je me plains bien trop facilement…

Maman (2)

Maman (4)

Je pense souvent à « l’après » : si un jour, je dois reprendre une activité… j’espère juste que mon envie, à ce moment-là, sera réelle et pas « subie ». On verra… et je croise déjà les doigts.

Évidemment, j’ai droit à des questions. Allez, pour rire un peu, en voici un petit florilège (et je vous promets que toutes ces réflexions m’ont été faites, et franchement, autant en rire !) :

Maman

-Le sempiternel : « ma pauvre, mais tu ne t’ennuies pas ? » = ah bah non non, je t’assure que non. Quel doux mot que le mot « ennui »… c’est joli, c’est beau… et il n’est plus apparu dans ma vie depuis un moment tiens. Sérieusement, avec 3 enfants en bas âge dont un petit exclusivement gardé à la maison, je n’ai pas le temps de m’ennuyer ! Un jour ne dure que 24 heures… et il y a tant à faire dans une journée ! De plus, je suis du genre ordonnée et organisée, et une maison (même si la mienne n’est pas non plus immense !) à tenir, c’est du travail.

-« et ta vie professionnelle » : oui c’est sûr, il m’arrive de me dire que mes études ne m’ont servi à rien. Bon ça c’est quand je vois tout en noir, parce qu’en fait, j’ai tout de même acquis certaines compétences, j’ai rencontré pendant mes études mes meilleurs amis  et mon mari (accessoirement 😉 !), et même s’il paraît bien enfoui, j’ai ce « bagage » niveau diplômes… C’est vrai que la femme au foyer ne brille pas pendant les dîners : vous n’allez pas raconter avec quels produits vous arrivez à récurer vos WC, ou bien quels sont les menus que vous avez préparés, ou votre routine de ménage… A la question « et vous, que faites-vous comme travail ? », je ne peux pas répondre que je suis cadre sup dans telle ou telle entreprise. L’envie me prend quelquefois de répondre « je ne fais rien », pour couper court. C’est vrai, la société peut nous « mépriser ». Dans notre société carriériste, on associe trop souvent la réussite à un prestige professionnel. Être maman au foyer n’est pas une position sociale facile à assumer, qu’on se le dise. Mais quelle importance ? Pour ma part, je n’ai pas d’ambition professionnelle, je n’en ai jamais eu. Ma seule ambition est d’être heureuse, et de rendre heureux mon foyer. C’est pour ça que j’ai choisi de totalement m’y consacrer. Et je n’ai pas non plus de talents particuliers, je ne suis pas sportive, je ne suis pas intellectuelle, je ne suis pas trop trop manuelle… mes plus belles créations et ma plus grande fierté sont au nombre de 3, bientôt 4.

Maman (3)

-« et pour les sous ? » : il n’y a donc que le salaire de mon mari (et un petit complément puisque j’ai travaillé les premières années de notre mariage). Sommes-nous malheureux ? Non. Sommes-nous habillés en guenilles ? Non plus. Avons-nous une charrette en guise de moyen de locomotion ? Ah non plus (notre chère Titine a été rayée et légèrement cabossée, mais ce n’est que de ma faute, à moi, la neuneu du créneau et autres manœuvres, mais c’est une autre histoire…). Partons-nous toutes les vacances aux Bahamas ? Aux Seychelles ? En Polynésie ? Non, et vous non plus je suppose. Ou bien si c’est le cas, tant mieux pour vous, ce doit être super. Nous essayons de partir pendant les vacances, même si les destinations sont moins exotiques, mais les enfants sont ravis, nous aussi. Et puis nous avons l’immense chance d’avoir mes parents dans une magnifique région (en toute objectivité) avec maison familiale, piscine et grand terrain pour accueillir pendant les vacances notre grande famille (4 enfants + les valeurs ajoutées, et 15 petits-enfants, je vous assure que nos loulous y passent les meilleurs moments de leurs vacances).

-pour rester dans le côté financier : « oui mais tu dépends de ton mari ». C’est vrai. Mais il dépend de moi aussi. Pas financièrement parlant, mais nous formons un couple donc par définition… Je vous rassure, je ne tends pas la main quand j’ai envie de m’acheter une robe. Si vous voulez tout savoir, c’est même moi qui tiens les cordons de la bourse comme on dit… (enfin, bon, c’est lui aussi sinon, on serait mal barré si ce n’était que moi 😉 !). Nous partons du principe que l’argent qu’il gagne est pour nous deux, pour nous tous. Et moi, je n’en ramène peut-être pas mais du coup, pas de frais de nounou, de femmes de ménage et autres dépenses que nous pourrions faire si je travaillais à l’extérieur. Et puis, il faut oublier cette notion de travail salarié : une maman fait mille choses, gratuitement, bénévolement.

-« oui mais tu ne cotises pas pour ta retraite ! » : ben si ça se trouve et au rythme où vont les choses, le système des retraites, dans 30 ans, il ne sera qu’un lointain souvenir… donc franchement, autant ne pas se faire de bile pour ça. Inconsciente que je suis.

-« et ta vie sociale ? » : elle va bien, merci. Je n’ai pas de collègues à qui raconter ma vie à la pause café, mais j’ai de très bonnes amies avec qui je déjeune, prends des cafés, etc. J’ai la chance d’avoir un mari disponible si je veux sortir sans enfants avec mes amies, ou bien faire un peu de shopping, aller chez le coiffeur… Bref, autant j’ai choisi d’être maman à temps complet, autant il était clair dès le début que je voulais garder des moments  » rien que pour moi ».

-« heureusement que c’est assez bien rangé chez toi, en même temps, tu n’as que ça à faire » : moui… moui… c’est cela ouiiiiiiiiiii (grmplhphphpphmmhmhpph).

-« et sinon, à part mère au foyer, tu fais quoi ? » : lol. No comment.

Et puis d’autres réflexions, parfois dites sans méchanceté ou cynisme évidemment, juste de la curiosité.

Voilà, tout simplement, j’aime cette vie que j’ai choisie. J’aime cette vie que j’ai la chance de vivre. J’aime mon métier de maman, de super-Maman.

AC.

P.S : je vous conseille vivement cette vidéo = https://www.youtube.com/watch?v=ADqlMHbB8i0

Post entrecoupé d’illustrations trouvées sur Pinterest, et de photos personnelles illustrant un peu de notre quotidien.

 

 

 

 

Publicités

30 réflexions au sujet de « Juste une maman… »

  1. Très bon article qui me rappelle les miens sur le sujet. Après 6 ans de maman au foyer je reprends doucement, et je ne regrette rien! Certains parlent de « blanc » moi je trouve qu’il était pourtant bien rempli ! Nous en faisons des choses nous les « au foyer » quoi qu’en disent certains! C’est une beauté discrète qui ne nous fait pas briller dans les dîners vous avez raison, mais est ce là le but d’une vie (briller dans les dîners)?
    Ne changez rien !Profitez bien de vos enfants et de votre vie !

    Aimé par 1 personne

  2. C’est chouette de te découvrir un peu plus! Et tu as raison une mère au foyer travaille gratuitement donc rien de « choquant » à avoir une aide de la caf par exemple ou comme tu le dis que l’argent du ménage doit le tien aussi! Je trouve très courageux ton positionnement et limite féministe 😉 quoi de plus « féminin » que de s’occuper de ses enfants? Et que ce doit être chouette les vacances dans la grande maison de famille bien moins « triste » que les voyages à l’autre bout du monde! (J’ai beaucoup de mal à quitter la France…) en tout cas bravo de t´occuper de ta famille! Ma mère l’a fait quand j’étais enfant et j’en suis bien contente!

    Aimé par 1 personne

  3. On voit à quel point le sujet te tiens à cœur! C’est un texte qui a été écrit avec tes tripes si je puis dire. L’important en effet, est que tout choix de vie soit voulu et non subit, quel qu’il soit. Bises chère AC😉

    Aimé par 1 personne

  4. Bravo !!! Dans la vie il faut faire ce que l’on veut et que ceux à qui cela ne plait pas aillent voir ailleurs nan mais oh !! Pour les refelxions c’est à peu près les même quand tu travailles freelance et qu’en plus tu fais des petits dessins rigolos pas super crédibles…c’est fou comme les gens peuvent te prendre de haut…Bref ! Vive les mamans épanouies qui font ce qui leur va (travail comme au foyer) et arrêtons de juger notre prochain sans arrêt !! gros bisous et bon courage : gérer 3 petits en bas âge, ta maison, tes finances le tout en étant enceinte : c’est sport ! gros kiss

    Aimé par 1 personne

    1. C’est la triste vérité de la nature humaine : il y aura toujours des mécontents et des gens qui font des réflexions ! Mais heureusement il y a également de chouettes personnes avec leurs beaux compliments et leurs gentils messages 😉 merci ma chère Claire !

      J'aime

  5. Eh bien tu sais quoi? Tu donnes envie de l’être, maman au foyer! Je suis en désaccord avec toi sur une seule phrase de ton billet: que tu n’as pas de talent particulier. Oh que si, tu as un talent particulier: tu sais comment rendre ta famille heureuse! Embellir leurs journées avec toutes ces « belles petites choses »…
    Bravo ma super maman d’amie!

    Aimé par 1 personne

    1. J’allais dire la même chose que June… Genre notre AC n’a pas de talent : tes talents de maquilleuse qui ont été utiles à beaucoup, tes macarons qui sont juste troooop bons, tes talents d’organisatrice de soirées girly… Bref ce n’est qu’un petit échantillon : t’es une super blonde 😉

      Aimé par 1 personne

  6. Bravo, quel article émouvant. Les mots sont justes et bien trouvés, je n’ai pas pu m’empêcher d’envoyer plusieurs proches vers cet article et ça les a conquis. L’important comme vous le dîtes est de trouver son équilibre,meme si ça doit être un peu sportif avec 3 enfants et babychou à venir, votre famille a l’air épanouie bravo ! Belle semaine à vous

    Aimé par 1 personne

  7. Bien sûr je rejoins Junette et Soso….Combien de fois avons nous eu cette discussion? Tu as de si grandes qualités… Celle qui m’a toujours épatée c’est ta capacité à penser aux autres, à toujours prévoir des petites attentions ou à passer un coup de fil pour les dates importantes…J’essaie d’en prendre de la graine!
    Mon fréro est bien chanceux de t’avoir croisé un jour, et puis aujourd’hui en plus…. tu as une piscine! mouhaha 😉 (private joke)

    Aimé par 1 personne

    1. Looool, ce fou rire avec ton histoire de piscine !!! Et moi, je suis bien chanceuse d’avoir trouvé un super mari qui a une super sœur 😉😘 ! Merci ma Pomponette !

      J'aime

  8. Bravo pour ce beau message! Maman au foyer est mon rêve depuis un peu plus de neuf ans (de mariage!) et même avant quand je n’étais que jeune fille! Malheureusement pour être maman au foyer, surtout aujourd’hui, il faut d’abord être… maman! Et je n’ai pas cette chance.
    Mon métier à moi jusqu’à l’année dernière, c’était prof d’arts plastiques dans l’éducation nationale… autant dire que les réflexions bébêtes, je connais bien! J’aimerai bien être « juste femme au foyer »… mais ça je crois que c’est un métier qui a disparu! Trop de pression sociales et financières (c’est surtout ça dans mon cas)!
    Merci pour ce message en tous cas!
    AM.

    Aimé par 1 personne

  9. Bravo pour ce joli billet, bien écrit et désarmant de sincérité. Je suis mère au foyer, de 2 enfants. Quand j’étais petite ma mère ne travaillait pas, et je la méprisais gentiment. Mais elle a choisi, et adoré. Moi j’étais bonne en classe, j’ai fait des études, réussi des concours, je me suis mariée et je me voyais bien en « working mum ». Mais au boulot je brillais beaucoup moins que dans les études, ça se passait souvent mal avec mes chefs et je n’étais pas plus motivée que ca. Et puis mon deuxième est arrivé, et ma vie, notre vie a basculé. Augustin est sourd et autiste, la faute à un vilain virus chopé pendant la grossesse qui lui a fait beaucoup de mal. Je ne peux plus travailler car on navigue entre 5 et 7 consultations par semaine, le suivi est lourd, il y a énormément d’incertitudes sur l’avenir de notre petit garçon. Je ne suis pas frustrée d’être femme au foyer, seulement triste que ce soit pour cette raison. Je passe beaucoup plus de temps dans le quartier maintenant, j’ai remplacé la sociabilité du bureau, que j’adorais, par celle du quartier (les autres mamans, les voisins). Je me demande si un jour je pourrai retravailler: ca voudrait dire que mon fils va mieux? Mais alors qu’est-ce je pourrai faire après ce « blanc » (…dans mon CV, parce que ma vie, pas de problème, elle est bien remplie!!). C’est vrai que c’est injuste, on fait des milliards de trucs, on encaisse des sacrées pressions par moments, et la société, l’entreprise ne valorisent pas du tout cela.

    Aimé par 1 personne

  10. Je viens de découvrir ton IG et ton blog et je suis fan des premiers articles que je lis 👌😄 et celui ci en particulier 😍 j’ai toujours été comme toi, je n’ai jamais eu d’ambitions professionnelles, jamais voulu être cadre ou machin truc et avoir une superbe carrière avant d’avoir des mioches… j’ai bac +2 et ça me suffisait amplement parce que je savais que j’avais pas besoin de plus, pas besoin de milions ou de pavaner à dire que je suis machin chose… moi j’ai toujours voulu mon bébé à 22 ans, et j’ai toujours su que je voulais être maman plus tard et que ça suffirait à mon bonheur… j’ai 25 ans aujourd’hui et j’espère qu’enfin bientôt je vais goûter à ce bonheur, parce que je sais que c’est ça qui me manque aujourd’hui pour être épanouie pleinement… on a aujourd’hui une jolie maison à la campagne, un 🐶, un 🐱 et ils ne nous manque plus qu’un petit bout 💖💖 Côte boulot j’ai la chance d’être à mi temps et j’espère pouvoir le garder longtemps pour me consacrer à ce bébé en devenir.. même si mon rêve c’est d’avoir des jumeaux et de prendre 3 ans directement pour m’en occuper pleinement… 😂 Bref, j’adore tone blog, ta petite famille et je suis bien heureuse d’avoir atterie par ici 😄

    Aimé par 1 personne

  11. Un joli article, équilibré (!), et qui résonne tout particulièrement dans mon coeur. Je touche du doigt chaque jour là grâce d’être disponible pour nos 5 enfants, avec mes forces et mes faiblesses, certes. Mais une grande reconnaissance d’avoir eu la possibilité de choisir. Un joli blog que je découvre par hasard. Bravo!

    Aimé par 1 personne

  12. J’ai adoré ton article, ayant ce rêve au fond de moi depuis que je suis enfant, ayant toujours été très maternelle, sans oser le réaliser. Je t’avoue que face à ce plan éventuel, une question me trotte l’esprit, et j’aimerais bien avoir ton avis la dessus: quand les enfants sont jeunes, tes journées en tant que femme au foyer sont bien (joliment) remplies. Mais plus tard, quand ils seront tous à l’école et qu’ils seront ados puis adultes donc autonomes, ne crains-tu pas le « vide » ? Comment compte tu gérer cela si c’est pas trop indiscret ? Merci encore pour ton précieux article et témoignage

    Aimé par 1 personne

    1. Bonsoir et merci pour ce message si gentil ! Tu poses une question très intéressante, et qu’il faut envisager c’est sûr. Je pense souvent, malgré tout, à « l’après ». Mais je ne me fais pas trop trop de soucis, parce que me connaissant, je serais bien occupée : je m’investirai plus dans une association par exemple, ou pourquoi pas, reprendre une activité… et enfin, prendre le temps pour faire des choses que je n’aurais peut-être pas pu faire pendant les jeunes années de mes enfants… bienvenue sur ce blog alors, à très bientôt !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s